Pourquoi Michelin est durable et Tesla ne l’est pas

Lorsque vous pensez ‘investissement durable’, vous pensez probablement à des actions d’entreprises actives dans le domaine des énergies renouvelables ou des technologies. Mais la durabilité, c’est bien plus complexe que cela, et c’est pourquoi on rencontre également des noms surprenants dans les portefeuilles d’investissement durable d’ABN AMRO Private Banking. Hans Timmerman, Senior Portfolio Manager, nous explique comment la sélection s’opère.
 

Tout d’abord, qu’entendez-vous par ‘durabilité’ ?

Hans Timmerman : « Dans les années 1990, le terme ‘durabilité’ n’existait pas encore et les gens regardaient surtout à quel point une entreprise était ‘verte’. Mais aujourd’hui, la durabilité ne se limite pas à l’approche écologique d’une entreprise ; nous prenons également en compte la politique sociale et éthique de l’organisation et la manière dont celle-ci est gérée : la corporate governance. 

Sur le plan social et éthique, nous voulons savoir comment l’entreprise traite ses employés, s’il existe une liberté syndicale et une égalité des chances sur le lieu de travail ? L’entreprise n’a-t-elle pas recours au travail des enfants ? Et qu’en est-il de la santé et de la sécurité de ses employés, etc. Sur le plan de la corporate governance, une entreprise est-elle gérée de manière correcte et vertueuse ? Quelles sont les procédures de contrôle utilisées par l’organisation, comment les décisions sont-elles prises, quelles sont les mesures adoptées pour prévenir la fraude, etc. 

Le respect de ces trois facettes se voit attribuer un score dit ESG. Un score sur lequel nous nous appuyons pour sélectionner les entreprises durables. Si une entreprise est durable, nous l’incluons dans notre ‘univers’. Il s’agit d’une liste de 5 000 entreprises durables différentes. Ces sociétés correspondent également à notre stratégie d’investissement : dans quels secteurs voulons-nous investir au niveau mondial ? »

 

Screening négatif

Les entreprises prétendent parfois être plus durables qu’elles ne le sont en réalité. Comment parvenez-vous à déterminer si une entreprise est réellement durable ?

« Nous prenons en compte de nombreux aspects et allons beaucoup plus loin dans notre analyse qu’un simple regard au site web d’une entreprise. Nous tenons notre liste à jour en travaillant en partenariat avec un fournisseur de données externe et indépendant, Sustainalytics. C’est le leader mondial du screening ESG. Ils évaluent dans le monde entier quelque 13 000 entreprises au regard de leurs performances ESG. Il s’agit d’une énorme quantité de données, assez détaillées. En tant qu’investisseur privé, vous ne pouvez pas vérifier cette information par vous-même. 

Nous effectuons tout d’abord un screening négatif pour ces 13 000 entreprises. Cela signifie que nous excluons d’emblée les entreprises dont les produits ou services ne contribuent pas à un monde meilleur. Il s’agit d’entreprises actives dans le commerce des armes et des combustibles fossiles. Les entreprises sont également exclues si plus de 10 % de leur chiffre d’affaires provient du commerce d’énergies controversées, du tabac, des jeux d’argent, du commerce des fourrures, du divertissement pour adultes, etc. Nous excluons également immédiatement les entreprises qui violent les droits de l’homme et du travail. »

 

Tout le monde y gagne

Cela laisse encore beaucoup d’entreprises. Comment affinez-vous votre sélection ?

« Une fois ce screening négatif effectué, nous sélectionnons les 50 % d’entreprises ayant les meilleurs scores ESG, celles que l’on appelle les ‘best in class’, les meilleurs de leur catégorie. Les quelque 5 500 entreprises restantes sont réparties dans les différents secteurs sur lesquels nous souhaitons nous concentrer en fonction de notre stratégie d’investissement. 

Dans une troisième phase, nous affinons nos portefeuilles durables en fonction des six thèmes de durabilité d’ABN AMRO. Six thèmes qui contribuent à un monde meilleur : efficience, environnement et climat, déchets et recyclage, eau, sécurité et santé. Une entreprise comme Geberit, par exemple, qui s’engage en faveur des équipements sanitaires économiques, en fait partie. Pour chaque thème, nous sélectionnons un certain nombre d’entreprises qui répondent à ces critères. Notre objectif est d’investir au moins 20 % de nos portefeuilles durables dans ces six thèmes. 

Enfin, nous créons un portefeuille composé d’actions d’entreprises durables qui obtiennent également de bons résultats financiers, de sorte que rendement et durabilité coïncident. Depuis 20 ans, notre objectif est de dégager au moins le même rendement avec un portefeuille ‘durable’ qu’avec un portefeuille ‘classique’. De cette manière, le client bénéficie gratuitement d’une dose supplémentaire de durabilité et de tranquillité d’esprit. Nous contribuons ainsi à un monde plus durable. Résultat, tout le monde y gagne. »

 

Tesla non, Michelin oui

Quels noms surprenants trouve-t-on dans votre portefeuille ?

Un nom surprenant dans nos portefeuilles durables est peut-être celui de Michelin. L’entreprise s’est engagée, entre autres, dans une approche durable pour développer des pneus sûrs qui permettent de réduire la consommation. Les pneus Michelin sont également plus durables car ils emploient du carbone et du caoutchouc naturel provenant de vieux pneus. Michelin utilise également dans sa production des matériaux tels que l’acier recyclé des canettes en aluminium, des pelures d’orange et de citron, etc. L’objectif est de faire en sorte que 40 % des matériaux de ses pneus soient durables d’ici 2030. D’ici 2050, ce ratio devrait être de 100 %. 

Un autre nom surprenant est celui de Procter & Gamble. Cette entreprise obtient un score élevé en matière de corporate governance et est pleinement engagée dans le développement de produits durables : déjà 30 % de sa gamme sont durables, elle n’utilise que de l’huile de palme certifiée, les emballages sont de plus en plus constitués de plastique recyclable... 

Une action surprenante qui ne fait pas partie de notre portefeuille est Tesla. Tesla obtient de bons résultats sur le plan écologique, mais de mauvais sur le plan social et de la bonne gouvernance. »

Comment puis-je faire la différence en tant qu’investisseur privé ?

« Nous proposons trois portefeuilles durables différents : des actions durables individuelles (à partir de 500 000 euros), des fonds durables (à partir de 250 000 euros) et le nouveau Mandat Impact (à partir de 1 000 000 euros). C’est encore plus écologique que les 50 % de ‘best in class’. Dans le Mandat Impact, vous trouvez des entreprises qui sont des ‘top in class’, au sommet de leur catégorie dans le segment des 10 pour cent. Ce sont véritablement les pionnières de la révolution durable, des entreprises qui changent le monde. Et vous, en tant qu’investisseur privé, pouvez contribuer à les soutenir. »
Duurzame aandelen

Pour ABN AMRO, des actions sont durables si elles :

  • correspondent à la stratégie d’investissement d’ABN AMRO 
  • passent à travers le screening négatif 
  • obtiennent un bon score ESG 
  • s’inscrivent dans l’un des six thèmes de durabilité d’ABN AMRO
  • enregistrent de bons résultats financiers
Duurzaam Beleggen

Investissez-vous déjà de manière durable ? Ou souhaitez-vous obtenir de plus amples informations sur ce type d’investissement ?

Dans ce cas, procédez ici à notre analyse de durabilité

Vous recevrez un score de durabilité par action ou par fonds, comparé à l’indice de référence par secteur.

En savoir plus sur l'investissement intelligent

L’investissement durable : bien plus qu’un bon investissement

« Un investissement durable est le seul qui sera encore rentable à long terme. Les entreprises qui ne souscrivent pas aux principes de durabilité en paieront incontestablement le prix », déclare Erik Joly, Chief Investment Officer chez ABN AMRO Private Banking. « Il s’agit donc de faire plus que seulement investir dans l’environnement de demain. »

Investir dans des entreprises qui privilégient le développement durable offre aujourd’hui une foule d’opportunités

« Il existe des opportunités pour les entreprises qui effectuent leur transition écologique maintenant, si elles sont capables et désireuses de le faire », déclare Vincent Triesschijn, Global Head ESG and Sustainable Investing chez ABN AMRO. Mais comment les trouver ?

7 idées fausses en matière d’investissement durable

Les investissements durables ne sont pas rentables ! C’est un truc d’écolo et cela ne concerne que le climat ! De nombreux préjugés et idées fausses circulent à propos des investissements durables. À tort. Nous réfutons ici les plus tenaces.